Les fibromes utérins, des tumeurs bénignes qui se soignent bien (Le Figaro Santé)

> 02/04/2018

Alors que l’ablation de l’utérus était le principal traitement jusqu’à récemment, il ne concerne désormais plus que deux patientes sur dix.

Si le développement de fibromes (tumeurs bénignes) est un phénomène fréquent - 35 % des femmes de plus de 35 ans et près de la moitié à 50 ans -, ils ne provoquent de symptômes que dans moins d’un tiers des cas et disparaissent spontanément avec la ménopause. «Au total, environ 8 % à 10 % des femmes de plus de 30 ans auront des symptômes qu’il faudra prendre en charge», souligne le Pr Lavoué, chef du service de gynécologie du CHU de Rennes.

L’hystérectomie (ablation de l’utérus, NDLR), seul traitement définitif pour ces symptômes, ne concerne plus que deux patientes sur dix, en particulier après 40 ans, grâce au développement ou à l’amélioration d’approches conservatrices visant à éliminer les seuls fibromes en préservant l’utérus. Les techniques de microchirurgie ont ainsi évolué, par cœlioscopie ou par hystéroscopie, et quelques techniques non chirurgicales ont également vu le jour. Les médicaments existants, eux, ne permettent toujours pas d’éliminer les fibromes.

Lire la suite sur : Le Figaro Santé (source)