Endométriose et fibromes utérins liés à des perturbateurs endocriniens: quels coûts en Europe?

> 28/03/2016

Selon une étude publiée le 22 mars dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, entre 20 et 39% des cas d’endométriose et de fibromes utérins en Europe seraient liés à des expositions à deux substances chimiques, pour des coûts associés de plus de 1,5 milliards de dollars annuels. WECF, qui travaille particulièrement sur les effets des pollutions environnementales sur la santé des femmes, en particulier la santé reproductive des femmes, revient sur cette étude, publiée par l’équipe du Professeur Leonardo Trasande du Centre Médical Langone de l’Université de New York.

Ce que l’étude nous apprend, et ses limites

Le nombre de cas de fibromes attribuables à une exposition au DDE (un pesticide) serait de 56 700, tandis que le nombre de cas d’endométriose attribuables à des expositions à des phtalates (plastifiants ou ingrédients associés aux fragrances) s’élèverait à 14500 cas pour la seule année 2010.
Le coût total lié en termes de soins et de coûts économiques s’élèverait entre 1,4 et à 1,5 milliards au total.
Les données d’une cohorte de biomarqueurs ont été utilisées pour mesurer l’exposition des femmes européennes et la charge des maladies a été estimée grâce aux bases de données nationales.

Lire la suite : http://www.projetnesting.fr/Endometriose-et-fibromes-uterins.html