Embolisation des fibromes: des hospitalisations plus courtes - Le FIGARO SANTE

> 06/04/2015

Embolisation des fibromes: des hospitalisations plus courtes

La technique d'embolisation des fibromes est aujourd'hui bien maîtrisée. Si l'idée d'emboliser (donc de boucher un vaisseau) peut faire peur à certains, pour le Pr Jean-Pierre Pelage (CHU Caen), qui a connu les débuts de l'embolisation des fibromes utérins en 1995 alors qu'il était interne à l'hôpital Lariboisière (Paris), la technique est aujourd'hui bien maîtrisée.

«En pratique, le radiologue réalise un examen d'imagerie (échographie pelvienne, si besoin complétée par une IRM) pour repérer le nombre de fibromes, leur taille et leur position. C'est indispensable pour s'assurer de la faisabilité du traitement. Une fois la décision prise, l'intervention est programmée (48 heures d'hospitalisation). Elle se déroule sous anesthésie locale et consiste à boucher les artères utérines qui alimentent le ou les fibromes, par embolisation. À l'issue de l'embolisation, un anti-douleur est injecté par perfusion pour éviter un pic douloureux, dans les 6 à 12 heures qui suivent. Un arrêt de travail d'une semaine (contre au moins trois semaines après chirurgie) et quelques jours de prescription d'un antalgique et d'un anti-inflammatoires, suffisent. Au final, emboliser un fibrome est donc une alternative intéressante à la myomectomie multiple (chirurgie conservatrice classique du fibrome) ou à l'hystérectomie (ablation de l'utérus) car elle permet à la femme de conserver son utérus.»

Lire la suite : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/12/23/23199-embolisation-fibromes-hospitalisations-plus-courtes

Source : Le FIGARO SANTE