L’ablation de l’utérus augmenterait le risque de maladies cardiovasculaires

> 04/01/2018

Les femmes ayant subi une hystérectomie présenteraient un risque accru d'hypertension, d'obésité ou d'arythmie cardiaque.

"Il s'agit des données les plus complètes disponibles à ce jour montrant que l'hystérectomie [l'ablation de l’utérus, NDLR] comporte un risque de maladies cardiovasculaires à long terme, même si les deux ovaires ont été préservés", a affirmé le Dr Shannon Laughlin-Tommaso, gynécologue et co-auteure d’une étude parue dans la revue Menopause. Les chercheurs y ayant participé ont en effet démontré que les femmes qui se sont fait retirer l’utérus ont plus de risques de souffrir de problèmes cardiovasculaires. Cela même si leurs ovaires ont été préservés afin d’éviter une ménopause précoce.

Un risque d’avoir des problèmes au niveau des artères coronaires supérieur de 33 %
Pour arriver à cette conclusion, les scientifiques de la Mayo Clinic (Etats-Unis) ont observé plus de 2 000 femmes ayant subi une hystérectomie. Ils ont comparé leurs données avec celles de patientes n’ayant pas eu d’opération. Résultat : les premières présentaient un risque très supérieur d'avoir un fort taux de mauvais cholestérol, de développer de l’hypertension (risque supérieur de 13 % 20 après l’intervention), de souffrir d’obésité, d'arythmie cardiaque ou de problèmes au niveau de leurs artères coronaires (risque supérieur de 33 % 20 ans après l’opération).

Les chercheurs ont par ailleurs réalisé que si l’hystérectomie était réalisée avant 35 ans, ces risques étaient plus élevés : l’insuffisance cardiaque est 4,6 fois plus fréquente, et les maladies coronariennes, le durcissement et le rétrécissement des artères 2,5 fois plus fréquents.

Lire la suite de l'article sur : France Info