Fibromes utérins, quel impact d'une embolisation sur la vie sexuelle ? Le Figaro Santé

> 06/02/2017

Fibromes utérins, quel impact d'une embolisation sur la vie sexuelle ?

AVIS D'EXPERT- Le professeur Hélène Vernhet-Kovacsik, chef de service de radiologie interventionnelle à l'hôpital Arnaud-de-Villeneuve (CHU) Montpellier.

L'embolisation des fibromes (EFU) est un traitement efficace, qui permet de conserver l'utérus, se fait sous anesthésie locale, sans «opération» et sans cicatrice, la durée d'hospitalisation et la reprise d'une activité professionnelle sont plus rapides qu'après un traitement chirurgical, et le coût est moindre. Le ressenti d'un mieux-être physique et psychologique doit peser dans le choix du traitement et est trop peu pris en compte dans la demande des femmes. Pourtant, il s'agit de femmes ayant entre 30 et 50 ans et actives! Pour cette raison, la Société française d'imagerie cardio-vasculaire diagnostique et interventionnelle (SFICV) a décidé de mettre en place une étude nationale pour évaluer l'effet du traitement par embolisation des fibromes utérins chez les patientes symptomatiques sur la qualité de vie et la fonction sexuelle.

En effet, même si après hystérectomie les patientes ont une amélioration de la qualité de vie, certains réflexes à l'origine du plaisir sexuel passant par les contractions utérines et la stimulation du plexus utéro-vaginal sont compromis. Les études déjà menées sur l'étude de la fonction sexuelle après embolisation des fibromes utilisaient des questionnaires courts et adressés aux seules femmes ayant déjà une activité sexuelle avec un partenaire masculin avant l'embolisation, ce qui excluait d'emblée toutes celles qui n'avaient plus d'activité du fait de leur maladie!
Résultats cliniques excellents

En 2013 a commencé l'étude appelée Efuzen (Étude multicentrique radiologique française sur l'efficacité et l'impact du traitement par embolisation des fibromes utérins sur la qualité de vie et la fonction sexuelle des femmes), qui a inclus 264 patientes traitées dans 25 centres français ayant une activité publique ou libérale. Toutes les patientes ont été embolisées selon les recommandations de bonne pratique et ont bénéficié d'un suivi clinique à un an et par IRM (imagerie par résonance magnétique) entre 3 et 6 mois. Chaque patiente incluse dans cette étude a accepté de remplir avant et un an après embolisation deux longs questionnaires. Au préalable, le radiologue s'était assuré de la bonne compréhension par la patiente du vocabulaire utilisé et des définitions précises des termes tels que «orgasme», «pénétration» par exemple. Il était bien précisé à la patiente que «Ni votre médecin traitant, ni même un membre de l'équipe soignante du service de radiologie interventionnelle n'aura connaissance de vos réponses. En effet, les réponses à ce questionnaire resteront anonymes et confidentielles».

Source : http://sante.lefigaro.fr

Lire l'article : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/01/08/24475-fibromes-uterins-quel-impact-dune-embolisation-sur-vie-sexuelle